Alchimie_low
 

Artist Diploma

Lucas Alvarado – viole de gambe
Artist Diploma 2019-2021

Alchimie entre passé et présent, alchimie universelle du souvenir

Esquisse d’un projet

L’Alchimie du désespoir regarde le monde extérieur à travers le prisme d’un kaléidoscope, où la lumière, le son et le mouvement oscillent et se confondent en un même reflet. Cet extrait explorant le son à la manière d’un moteur générateur de fréquence, altère la perception des sens par une expérience cymatique. Il s’agit d’un jeu alchimique transmutant par contact du son des états de matières en d’autres substances. Les anciens sages appelaient ces phénomènes « la géométrie sacrée » comprise comme une des plus véritables et ultimes expressions de l’univers.

« The order of a unique figure and the harmony of a unique number give rise to all things.» Giordano Bruno, About the Monas, 1591

« L’ordre d’une figure unique et l’harmonie d’un nombre unique donnent naissance à toutes choses » Giordano Bruno, A propos de la Monade, 1591

« Everything that we see and feel in the universe, from thought or idea to matter, is sound in a particular concentration. » Ajit Mookerjee, Tantra Art, 1966

« Tout ce que nous voyons et ressentons dans l’univers, de la pensée ou de l’idée à la matière, est sain dans une concentration particulière.» Ajit Mookerjee, L’art du Tantra, 1966

Ce projet est inspiré par l’idée de fragilité de la croyance humaine, élément commun au passé et au présent mais aussi lié à l’incertitude du futur. Tout au long de l’histoire, l’homme a cru nécessaire d’avoir la foi, dans les êtres mythiques, les dieux ou la science. La recherche d’une croyance est aussi rattachée à la conclusion que l’homme est faible ; ce pourquoi il cherche toujours quelque chose au-delà. Plus l’humanité connaît le monde et plus grand devient le mystère. Et finalement, on se dit qu’à travers le temps, l’être humain continue à être solitaire, isolé devant ce qui l’entoure.
Une partie de ce projet s’inspire de l’art de l’alchimie, une discipline d’origine ancienne qui cherchait la transmutation de la matière et de l’âme (vu aussi comme un élément de la fragilité humaine). Très souvent les alchimistes expliquaient ces processus à travers des codes cachés dans lesquels les questions sur la physique et la spiritualité sont constamment confondus, mélangés et unifiés.
Dans ce sens il peut y avoir plusieurs lectures et interprétations sur un même sujet, exactement comme dans l’art et dans la musique.
Le titre de ce projet est né à partir de deux poèmes de l’écrivain catalan médiéval Ramon Llull : L’alchimie et Le désespoir, qui seront repris comme des éléments poétiques.
Ce spectacle relie la musique ancienne à des disciplines artistiques contemporaines, notamment l’art numérique, la danse, la performance et l’électroacoustique. Fusionnent alors de nouveaux concepts autour de l’art, et d’un répertoire reliant l’Ars Subtilior du XVe siècle et des créations inédites.

Distribution

Lucas Alvarado, viole de gambe, vièle, électronique, composition
Morgan Marquié, luth
Marc Vervisch, flûte à bec
Louise CarrièreThomas Fontaine, Jade Logme, danse
Adrián Serna, vidéo/mapping

Compositions de Lucas Alvarado
Œuvres de Paolo da Firenze, Solage et Guillaume Dufay

Les étapes du projet

Mercredi 17 juin 2020
La Ferme du Vinatier | 19h30
Au cœur de tes oreilles
L’Alchimie du désespoir
Lucas Alvarado / Adrián Serna, conception
Lucas Avarado, musique
Adrián Serna, vidéo

Lundi 7 septembre 2020
Salle Varèse | 18h30
Restitution des résidences Artist Diploma
L’Alchimie du désespoir

Mercredi 28 avril 2021
Théâtre de la Renaissance | Bac à Traille, 20h
Festival Les Fabricants #7 – AlchimieS
L’Alchimie du désespoir
A partir de 12 ans – Durée : 1h

Lucas  Biographie

Interprète-compositeur chilien au parcours atypique, Lucas Alvarado, s’intéresse à divers répertoires allant de la musique ancienne à la musique électroacoustique. Il étudie le piano et la contrebasse au Conservatoire de Viña del Mar et à l’Université de Valparaíso.
En 2017, il obtient son DNSPM et en 2019 son Master en viole de gambe au CNSMD de Lyon auprès de Marianne Muller. En 2018-2019, il part en Erasmus à la Hochschule für Musik und Theater Felix Mendelssohn Bartholdy de Leipzig.
Spécialisé dans l’interprétation et improvisation sur instruments à cordes frottées anciennes, il joue de la viole, viole de gambe, vihuela de arco et violone. Actuellement membre de La Quinta Pars, dédié à la musique instrumentale du XVIe siècle, il est aussi un compositeur qui  travaille l’espace son, alliant électroacoustique et musique instrumentale. Il travaille actuellement à un projet musical pour la danse, le cinéma et radio.  Parallèlement, il développe son projet d’Artist Diploma 3ème cycle au CNSMD de Lyon.
http://www.lucasalvarado.com/

haut de page