Elliott Carter Elliott Carter
 

Colloques et journées d'étude

Journée Elliott Carter

Un moment dédié au compositeur américain convie le public à redécouvrir une pensée musicale exceptionnelle et un répertoire prolifique. L'occasion de dialogues fertiles, de savoir-faire partagés et d'échanges établissant un lien entre écoute et recherche.

Elliott Carter (1908-2012)

Influencé par Alfred North Whitehead (1861-1947), philosophe et mathématicien anglais défenseur de « l’organicisme », Carter conçut ses œuvres comme des parcours de vie qui empruntèrent certaines de leurs orientations à la littérature (Joyce), à la poésie (T.S. Eliot), à la danse (Balanchine) et au cinéma (Eisenstein). Avide de connaissance et toujours en quête de renouveau, Carter livra à propos des Variations pour orchestre (1954-55) une note d’intention qui vaut assurément pour la totalité de ses œuvres ultérieures. « J’ai essayé de donner une expression musicale aux expériences que chacun, aujourd’hui, peut avoir lorsqu’il est confronté à tant d’exemples remarquables et imprévus de changements et de relations de caractère, découverts dans la sphère humaine par les psychologues et les romanciers, dans le cycle de vie des insectes et de certains animaux marins par les biologistes, en vérité, dans chaque domaine de l’art et de la science. »
A compter des années 1980, l’apparition des œuvres nouvelles « connaît une stupéfiante accélération qui semble ne pas vouloir cesser » souligne Max Noubel, biographe et exégète du compositeur (Elliott Carter ou le temps fertile, Contrechamps Editions). Carter ayant accédé à la maîtrise de son langage à plus de 70 ans, seule une exceptionnelle longévité devait lui permettre d’en tirer profit [source : Le Monde].

Mardi 11 décembre
11h, 14h30, 16h15, 17h et 18h

Séminaire de recherche, table ronde, clés d’écoute et concert aideront à mieux connaître l’œuvre du compositeur
Les + :
Notes d’intention
qui introduisent l’écoute, signées Gaëlle Fourré & Max Dozolme, étudiants du département de culture musicale
Exposition « Chère Mademoiselle… ». De Nadia Boulanger à Elliott Carter, à la Médiathèque Nadia Boulanger par Nathan Magrecki et Maxime Marchand, étudiants du département de culture musicale

11h salle d’ensemble

Séminaire de Recherche
« Les Night Fantasies d’Elliott Carter, ou l’éloge de l’insomnie »
par Max Noubel
Alain Poirier, coordination
Elliott Carter décrivait ses Night Fantasies (1980) comme une « musique de l’insomnie » car, selon lui, elles empruntent à cet état psychologique si singulier « une humeur constamment changeante, suggérant les errements d’une pensée et des sentiments qui parcourent un esprit resté en éveil. » Cette sorte de « Kreisleriana contemporain », qui maintient l’auditeur dans un état de surprise permanent, s’est imposée comme un des chefs-d’œuvre du répertoire pianistique de la seconde moitié du XXe siècle. La conférence retracera la genèse de l’œuvre et tentera d’en montrer l’originalité harmonique, rythmique et formelle.
Maître de conférences à l’Université de Bourgogne Franche-Comté et chercheur au CRAL/EHESS, Max Noubel a notamment publié Elliott Carter ou le temps fertile (Genève, Contrechamps, 2000) et a collaboré aux Carter Studies (Cambridge University Press).

14h30 médiathèque Nadia Boulanger

Table ronde

La pensée de Elliott Carter, ses liens avec la musique française, la place de Carter dans la musique américaine
Max Noubel, Sébastien Vichard, Alain Poirier, Emmanuel Ducreux
Avec la participation musicale de Juliette Jolain (Claude Debussy, Syrinx) et de Ricardo Carvalho (Elliott Carter, Scrivo in vento), étudiants de la classe de flûte de Julien Beaudiment.
La table ronde sera l’occasion de revenir sur les fondements de la pensée musicale d’Elliott Carter et son apport dans les domaines de la forme, du temps musical ou encore de la musique instrumentale. En cette année du centenaire de la naissance de Claude Debussy, sera également abordée la question de l’influence du musicien français et, plus largement, de la musique française sur ce grand compositeur américain.

16h15 médiathèque Nadia Boulanger

Présentation de l’exposition « Chère Mademoiselle… » De Nadia Boulanger à Elliott Carter.
Par Maxime Marchand et Nathan Magrecki, étudiants du département de culture musicale.

17h salle d’ensemble

Quelques clés d’écoute de la musique de Elliott Carter
Par Lara Bader et Anne-Lise Monin, étudiantes du département de culture musicale.

18h salle Varèse

Concert
Note de programme à télécharger (PDF) par Max Dozolme et Gaëlle Fourré

Elliot Carter
Scrivo in vento pour flûte, Canon for three, Timpani Etude (Canaries), Bariolage pour harpe, Figment III pour contrebasse, Canon for three, March pour timbales, Canon for thre

Night Fantasies pour piano

Robert Schumann
Märchenerzählungen op. 132 - extraits

Steve Reich
Nagoya Marimba pour deux marimbas

Elliot Carter
Mosaïc pour octuor

Chiko Miyagawa, Eunji Han, piano
Ian McVoy, harpe
Ricardo Carvalho, flûtes
Gioele Coco, hautbois
Luc Laidet, clarinettes
Louis Quiles, Elouan Quelen, Alice Ricochon, Younjin Lee, percussions
Aya Kono, violon
Louise Brunel, alto
Loris Sikora, violoncelle
Felix Kail, contrebasse

haut de page