CNSMD de Lyon © B. Adilon etablissement_03
 

Bienvenue

Historique

Depuis sa création en 1980, le CNSMD de Lyon a su, au fil de ses nombreuses évolutions, tant sur le plan structurel que pédagogique, privilégier le travail d'ensemble, les activités de diffusion et favoriser l'accès à une culture ouverte ; le tout retracé dans cette chronologie.

2016

Délivrance des premiers diplômes du Master CoPeCo par chacun des établissements supérieurs européens partenaires et recrutement de la seconde promotion d’étudiants au printemps.

« Beethoven Projekt » et lancement du premier numéro de la revue électronique, l’Atrium.

2015

Ré-ouverture de la salle Varèse, le 23 février.

Le 3e semestre du cursus CoPeCo se déroule à Lyon (le 1er ayant eu lieu à Tallinn et le 2nd à Stockholm, tandis que le 4e est prévu à Hambourg).

Lancement du premier MOOC du CHEL[s] :  Décisions, Complexité, Risque[s].

Le CNSMD à l’initiative de la construction de l’ICSS (International Creative Soundtrack Studies) pour un partenariat stratégique autour de la musique à l’image.

Magazine spécial de France musique sur le CNSMD de Lyon.

Concerts d’exception, « side by side » : à la Philharmonie de Paris par le Concert Spirituel et les étudiants du département de musique ancienne du CNSMD de Lyon, sous la direction d’Hervé Niquet ; à l’Auditorium de Lyon, avec l’ONL et l’orchestre du CNSMD, sou la direction de Leonard Slatkin.

Colloques internationaux « Créateurs en miroir » et « Le spectacle vivant à Lyon 1935-1946″.

Nouveau portail de la médiathèque.

2014

Claire Hébert est nommée directrice adjointe.

Catherine Tsekenis est nommée présidente du Conseil d’Administration.

2013

4 décembre : éboulement d’une partie de la Balme. Fermeture de la salle Varèse. Solidarité des partenaires qui accueillent en nombre le transfert de nos manifestations publiques.

Le département d’écriture et de composition devient département de création musicale.

L’Ecole centrale de Lyon, l’Ecole normale supérieure de Lyon, Sciences Po Lyon, VetAgro Sup et le CNSMD de Lyon créent ensemble le CHEL[S], (Collège des Hautes Etudes – Lyon Science[s]).

2e colloque international : Danse et Musique, l’art de la rencontre.

Création du Festival « Cordes à 4  » initié par le CNSMD de Lyon et dédié au quatuor à cordes.

2012

Le CNSMD devient membre de l’Université de Lyon.

Nouvelles disciplines du département de musique ancienne : harpe ancienne, flûte, hautbois et basson baroques.

Mise en place du Master CoPeCo, cursus commun itinérant en interprétation et composition, porté par quatre établissements supérieurs européens partenaires (Académie nationale de musique et de théâtre d’Estonie, Université de musique et de théâtre de Hambourg, Conservatoire royal de musique de Stockholm et Conservatoire National Supérieur Musique et Danse de Lyon.

Création du Laboratoire Scène/recherchE coordonné par Jean Geoffroy.

Christophe Duchêne est nommé directeur des études musicales.

Une politique de développement des master-classes publiques s’illustre par l’accueil en 2012 de Jean-Philippe Lafont (chant), Lluis Claret (violoncelle), Ivry Gitlis (violon) et Heinz Holliger (compositeur), David Krakauer (musique klezmer), Joëlle Léandre (contrebasse/improvisation), Garth Knox (alto),…

Mise en place du nouveau site.

2011

Stéphanie Guidoni est nommée directrice adjointe.

Finalisation des cursus du LMD, avec l’ouverture d’un 3e cycle doctorat « Recherche et pratique » en partenariat avec l’école doctorale 3LA et création d’un poste de directeur de la recherche pourvu par Alain Poirier.

1er colloque international : une musique après 1945.

Ouverture du département de culture musicale.

Partenariat renforcé avec l’Auditorium-Orchestre National de Lyon qui accueille trois concerts de l’Orchestre symphonique du CNSMD de Lyon.

2010

1ère promotion de Master dans le cadre de la mise en place du LMD.

Sensible au renouvellement des publics et à l’accès de la culture, le CNSMD lance un nouveau cycle de manifestation « les mercredis jeune public ».

2009

Le 1er septembre, Géry Moutier est nommé directeur du CNSMD de Lyon.

2008

Réforme des études : mise en place du système européen par cycle LMD (Licence Master Doctorat).

2007

Nicolas Bucher est nommé directeur des études musicales.

La saison publique s’organise autour de deux thématiques annuelles.

2005

A l’occasion des 25 ans du CNSMD, quinze évènements sont organisés avec pour invités de nombreux ensembles, des anciens étudiants et enseignants.

Mise en œuvre de la première phase du plan de reclassement sur deux ans des enseignants autour de 4 catégories : professeur, professeur associé, assistant, accompagnateur.

La plaquette de saison publique prend des couleurs.

2004

Création d’un cursus « musique à l’image ». Cette unité de valeur entre dans le département d’écriture et de composition et délivre un diplôme national supérieur.

Création de l’initiation à la direction de chœurs.

L’orchestre du département de musique ancienne se produit à Paris, Lyon et Bâle sous la direction de Christophe Coin.

2003

Création du diplôme de culture musicale qui ouvre la voie vers la préparation d’un certificat d’aptitude de culture musicale. Les disciplines concernées par ce diplôme sont :
- l’ethnomusicologie qui a rejoint l’étude des langages musicaux
- l’analyse
- l’analyse des musiques du XXe
- l’histoire de la musique occidentale

Création de l’unité de valeur optionnelle et facultative d’ »atelier d’improvisation » ouverte à tous les étudiants, musiciens et danseurs.

En février/mars, l’orchestre du CNSMD effectue sa première tournée au Japon dans un programme de musique française dirigé par Peter Csaba, avec Philippe Bernold comme soliste.

Rentrée de la première promotion des étudiants en formation diplômante au certificat d’aptitude de danse en avril.

Jean-Claude Ciappara est nommé en tant que directeur aux études chorégraphiques.

2002

Premier disque de la collection « En Jeux » ; collection produite par le CNSMD  qui offre la possibilité à des anciens étudiants d’enregistrer leur premier disque.

Le CNSMD connaît une réorganisation sous forme de départements avec nomination de personnalités à leurs têtes pour assurer la coordination et le suivi. On compte six départements :
- le département des cordes : violon, alto, violoncelle, contrebasse
- le département claviers : piano, accompagnement piano, orgue, harpe, percussions
- le département bois : flûte traversière, hautbois, clarinette, basson allemand et basson français
- le département cuivre : cor, trompette, trombone, trombone basse, saxhorn, tuba
- le département voix et direction de chœur : chant et direction de chœurs
- le département écriture et composition : écriture, département SONVS
- le département danse

Jacques Moreau est nommé directeur des études musicales (nouvelle dénomination de conseiller aux études)

2001

Ouverture du nouveau site Internet du CNSMD de Lyon.

Création du certificat d’études supérieures de musique de chambre.

Une troisième classe de chant est créée, ainsi qu’une classe de violoncelle baroque.

Les cinq classes de violon, les deux classes d’alto, les deux classes de violoncelle et la classe de contrebasse entrent dans le département des cordes.

Le département SONVS est intégré au département d’écriture et de composition.

2000

Henry Fourès est nommé directeur du CNSMD de Lyon.

Création du collectif d’improvisation.

Claire Alban Lenoble, secrétaire générale depuis 1992, est nommée directrice adjointe.

1999

Les orchestres des CNSMD de Paris et Lyon sont dirigés par Gilbert Amy à la Cité de la musique, les 16 et 17 juin.

1998

France Musique en direct pour 15 heures d’émission, en novembre, à l’occasion du 10ème anniversaire de l’installation du Conservatoire Quai Chauveau.

1997

Premier enregistrement en direct de l’émission publique « Première » par France Musique, le 11 avril.

 1996

Ouverture de la classe de violon baroque.

Première de l’Orchestre du CNSMD à l’Opéra national de Lyon sous la baguette de Kent Nagano, en mai.

1995

Création du département de formation diplômante au certificat d’aptitude de professeur de musique.

Jean-Marc Laureau est nommé conseiller aux études.

1994

Le 5 juin : le département danse met en place des programmes de coopération et d’échanges culturels avec des écoles étrangères.

1993

Inauguration des nouveaux locaux attribués au département danse, au grenier de l’Abondance.

Inauguration de l’orgue, du facteur Grenzig,  le 7 juin dans l’amphithéâtre Chabrol, qui devient l’amphithéâtre Darasse.

1992

Claire Alban-Lenoble est nommée secrétaire générale.

Une classe de trombone basse est ouverte ainsi qu’une classe de saxhorn/euphonium et un enseignement de l’improvisation à l’orgue.

Le 24 novembre Xavier Darasse disparaît. Son nom sera donné à l’amphithéâtre Chabrol.

Tournée au Québec d’un Orchestre Inter-Conservatoires constitué à parité avec le Conservatoire de Montréal, sous la direction de Raffi Armenian et Mark Foster.

Installation du département danse dans de nouveaux locaux, au troisième étage du « Grenier de l’abondance » partagé avec la DRAC Rhône-Alpes situé en face du département musique.

1991

Le département des activités d’ensemble est créé. Il englobe la musique de chambre, l’orchestre et l’atelier instrumental du XXe siècle.

La classe d’orgue rejoint Lyon. Xavier Darasse organise une série de classes de maître tout au long de l’année.

La médiathèque Nadia Boulanger se modernise grâce à son informatisation.

Jean-Marie Morel est nommé conseiller aux études.

1990

Enregistrement du premier disque de la collection « Interface » réalisé avec le mécénat de la Fondation d’entreprise Hewlett-Packard France.

Les classes de cor, trombone et tuba entrent dans le département des cuivres.

Création de la classe de basse continue.

Philippe Cohen succède à Didier Deschamps en tant que conseiller aux études chorégraphiques.

1989

Le CNSMD fête son 10ème anniversaire en rendant hommage à son premier directeur grâce à une double exposition sur Pierre Cochereau et le facteur d’orgues Karl Joseph Riepp.

Rattachement de la classe de clavecin au département de musique ancienne.

1988

Plusieurs classes sont ouvertes : chant, tuba, basson, luth, viole de gambe ainsi qu’une troisième classe de piano.

Le 18 février se tient l’inauguration des nouveaux locaux du CNSMD par Raymond Barre, député du Rhône, François Léotard, ministre de la Culture et de la Communication, Francisque Collomb, maire de Lyon et Gilbert Amy, directeur du Conservatoire.

Édition de la première plaquette de saison publique.

Richard Lowry est nommé conseiller aux études musicales.

1987

La classe d’écriture se subdivise en un cycle long et en un cycle court.

1986

Convention entre l’université Lumière Lyon 2 et le CNSMD à l’égard d’échanges avec le département de musicologie.

1985

En janvier, une classe d’orgue est ouverte à Toulouse sous la direction de Xavier Darasse.

Le 28 novembre, Jack Lang, ministre de la Culture et de la Communication, pose la première pierre du nouveau conservatoire.

Didier Deschamps est nommé premier conseiller des études chorégraphiques.

1984

Le 6 mars, décès de Pierre Cochereau.

Eric Sprogis assure l’intérim durant quelques mois avant que Gilbert Amy soit nommé directeur du CNSMD.

La classe d’histoire de l’art est rebaptisée « art et civilisation ».

Le département danse est créé en janvier et installé provisoirement au 40ter rue Vaubecour dans le 2e arrondissement de Lyon.

Raffi Ourgandjian est nommé conseiller aux études.

1983

Le jury du concours d’architecte désigne l’agence Espace Construit comme Lauréat.

Première émission de France Musique consacrée aux étudiants du CNSMD de Lyon.

Ouverture d’une discipline complémentaire appelée « technique vocale ».

1982

Ouverture d’une classe de clavecin.

Création d’une discipline complémentaire intitulée « mathématique et informatique ». Elle portera plus tard le titre de « techniques musicales du XXe siècle » puis « bases scientifiques des techniques nouvelles ».

Le CNSMD se voit attribuer les locaux de l’ancienne école vétérinaire quai Chauveau à Lyon 9e. Afin de désigner lequel sera en charge de sa réhabilitation et de la construction des nouveaux locaux, un concours d’architecte est organisé.

Eric Sprogis est nommé conseiller aux études.

Le nombre d’inscriptions au concours d’entrée stagne.

1981

Le CNSMD ouvre de nouvelles classes de cuivres (trombone, trompette), de percussions, d’accompagnement au piano, d’ethnomusicologie et pédagogie, et ajoute une classe d’histoire de l’art.

Le nombre d’étudiants croît : il y a de plus en plus de demandes d’inscriptions (543 contre 370 l’année précédente) et le nombre d’inscrits passe à 96 étudiants.

1980

Des classes d’instruments à vent sont créées : flûte, hautbois, clarinette, basson français et cor, ainsi qu’une classe d’écriture. Des classes de cordes, de piano complémentaire, de formation musicale sont ajoutées.

On compte, cette année-là, un plus grand nombre d’admis : 56 contre 46 l’année précédente.

Le Conservatoire est officiellement inauguré le 28 novembre 1980 en présence du premier ministre.

 Pierre Cochereau et Raymond Barre

Jean-Charles Richard occupe le poste de conseiller aux études.

18 février : décret de création au Journal Officiel.

Adhésion du CNSMD à l’association européenne des conservatoires et académies de musique.

1979

Nommé le 1er juillet, Pierre Cochereau assume la direction de l’établissement du Conservatoire. Ce dernier ouvre ses portes en octobre à 46 étudiants.

Seules les cordes sont prévues (deux classes de violon, une classe d’alto, une classe de violoncelle, une classe de contrebasse) ainsi que le piano (deux classes), la harpe, la formation musicale, l’orchestre, la musique de chambre, le chant choral et la direction de chœurs, l’histoire de l’art.

1978

Le projet est soutenu par Raymond Barre (Premier ministre de l’époque) qui accepte officiellement la création du nouveau CNSMD le 21 septembre.

1977

Suite au transfert du Conservatoire national de région dans de nouveaux locaux, quelques personnalités lyonnaises, membres de l’association des parents d’élèves du Conservatoire régional, notamment René Brot et Simone Du Breuil, souhaitent proposer un projet d’enseignement supérieur dans les anciens locaux. Le projet fondateur est le suivant : former non pas de seuls techniciens virtuoses mais par un enseignement plus ouvert, des musiciens à part entière.

haut de page