Dreyfus Huguette

Saison en cours | saison 2017 - 2018

Hommage à Huguette Dreyfus

Musique ancienne

Lundi 2 octobre
20:00 - Salle Varèse
3, quai Chauveau
Lyon 9e
04 72 19 26 61
Gratuit

Avec la participation de Françoise Lengellé, des enseignants Odile Edouard, Martial Morand, Anne-Catherine Vinay et Yves Rechsteiner, des étudiants de la classe de Jean-Marc Aymes et Yves Rechsteiner, d’anciens étudiants de la classe d’Huguette Dreyfus : Brigitte Tramier, Carole Parer, Jean-Pierre Duclos, Florence Lab-Duroy, Camille Mugot-Drillien, Michel Laizé, Kimiyo Mochizuki, Chiao-Pin Kuo, Carine Seguin et Alain Cahagne

J.-S. Bach : Concerto en la mineur pour quatre clavecins BWV 1065
A. Vivaldi : Concerto en ré mineur pour quatre clavecins
L. Boccherini : Fandango n°4 en ré majeur
H. Dutilleux : Les Citations (œuvre créée par Huguette Dreyfus en 1991)

Huguette Dreyfus, née le 30 novembre 1928, nous a quittés le 16 mai 2016.
A l’âge de quatre ans, elle débute le piano. En 1946 elle étudie encore cet instrument auprès de Lazare Lévy. Lui-même avait été l’élève de Louis Diemer qui joua du clavecin dès 1889 lors de l’Exposition Universelle : en at-il été question pendant les cours ? Quatre ans plus tard elle s’oriente vers la musique ancienne, s’inscrit dans la classe d’histoire de la musique de Nobert Dufourq au Conservatoire National Supérieur de Paris et parallèlement,  étudie passionnément le clavecin auprès de Ruggiero Gerlin à l’Académie Chigiana de Sienne.
En 1958 elle gagne le concours international de Genève et devient très vite une interprète incontournable. Elle contribue activement au  regain de popularité du clavecin en France, faisant souvent résonner un authentique clavecin du 18ème siècle signé Henri Hemsch, propriété de son ami Claude Mercier-Ythier. Elle-même possède un instrument de Nicolas Blanchet construit vers 1715.
Lorsqu’elle arrive au CNSMD de Lyon pour l’ouverture de la classe de clavecin en 1982, sa notoriété est impressionnante. Concertiste internationalement reconnue, elle a enregistré de nombreux disques. Elle est particulièrement appréciée pour ses talents de pédagogue : au conservatoire de Rueil-Malmaison, à la Schola Cantorum de Paris, à la Sorbonne, ou dans des académies d’été (Saint-Maximin-la-Sainte-Beaume, Villecroze…) elle a formé bien des clavecinistes qui à leur tour font de superbes carrières.
Dans l’équipe pédagogique du CNSMD elle retrouve une proche amie, Myriam Soumagnac qui est chargée du cours d’Art et Civilisation. Elle s’adjoint Françoise Lengellé pour l’enseignement de la basse-continue, offrant ainsi aux étudiants une merveilleuse complémentarité. Ceux-ci vont apprendre à travailler intensément, dans la joie. Cette fusion de l’exigence avec la gaîté  est en quelque sorte la « signature » d’Huguette Dreyfus.
Huguette Dreyfus a été élevée au grade d’officier de l’Ordre National du Mérite en 1973 et a obtenu le Prix du Président de la République de l’Académie Charles-Cros en 1985.