Espinasse

Saison passées | saison 2016 - 2017

Froberger l’Européen

Musique ancienne

Vendredi 2 décembre
17:00 - Amphithéâtre Darasse
3, quai Chauveau
Lyon 9e
04 72 19 26 61
Gratuit

17h, 18h et 20h

400e anniversaire de la naissance
de Johann Jakob Froberger (1616-1667)

Département de musique ancienne
Classes de clavecin, basse continue

Jean-Marc Aymes, coordination artistique
Emile Jobin et Dirk Boerner, présentation

17h Froberger improvisateur

Amphithéâtre Darasse
Par Dirk Boerner, professeur de basse continue et d’improvisation.
L’improvisation est au cœur de la musique de Froberger. En témoignent des différences notables entre plusieurs manuscrits de mêmes pièces ou bien les différents écrits traitant de l’apprentissage musical à travers l’improvisation.
Dirk Boerner propose une relecture de certaines œuvres du compositeur au prisme de cet élément fondamental

18h État des lieux de la facture de clavier au temps de Froberger

Salle Balanchine
Par Emile Jobin, facteur de clavecin
Majoritairement destinées au clavier, il est essentiel pour interpréter les œuvres de Froberger de d’avoir une vision assez claire de ce qu’était la facture à son époque :  épinette, clavecin, orgue, clavecin organisé…
Emile Jobin propose un « état des lieux » à l’aune de plusieurs  dizaines d’années d’expérience en tant que facteur de clavecin.

20h Froberger l’Européen

Amphithéâtre Darasse
Ce concert propose des œuvres dans tous les genres et styles  que Froberger a abordé : toccate, canzoni  et capricci italo-germaniques, pièces polyphoniques (fantaisies,  ricercari), suites « françaises ».  Autour des claviers, clavecins et  orgues, sur lesquels  seront interprétées des pièces extraites des manuscrits qui nous sont parvenus ainsi que des éditions posthumes, les étudiants du DMA proposeront aussi des lectures inédites d’œuvres polyphoniques adaptées pour  consort de violes, ainsi que les deux seules pièces vocales du compositeur qui nous soient parvenues.
Né et formé à Stuttgart, parti à Vienne très jeune, où il rentra vite au service de l’empereur d’Autriche, Froberger ne cessa de parcourir la dangereuse Europe du XVIIème siècle, de Rome , où il reçut l’enseignement de Frescobaldi, à Londres, où il écrivit une célèbre Plainte, en passant par Paris, où il rencontra les plus grands clavecinistes français. Il s’éteignit  subitement dans le château d’Héricourt, où il était au service de la Duchesse Sybille de Wurtemberg. Partout son talent rare lui forgea une réputation qui s’est prolongée bien au-delà de sa disparition.
Son œuvre, essentiellement destinée aux claviers, aborde les grands genres contemporains. Pour chacun, toccata, ricercare, fantaisie, canzona, suite de danse à la française, Froberger propose une synthèse des styles de son époque, en y apportant son génie personnel. Ses pièces ne furent pas éditées de son vivant, l’interprète estimant sans doute que lui seul pouvait les jouer correctement.
Tous ses éléments font de Froberger le premier exemple de  grand soliste international , et surtout un des plus grands compositeurs pour clavier de tous les temps.