Darasse(2) L'orgue Grenzing © Blaise Adilon
 

Lieux remarquables

L’Amphithéâtre Darasse

L’Amphithéâtre Darasse était auparavant connu sous le nom d’Amphithéâtre Chabrol. Il doit son appellation au premier professeur d’orgue du CNSMD : Xavier Darasse. Il renferme le grand orgue Grenzing depuis 1993.

Sollicité pour l’enseignement et de nombreux concerts, cet orgue qui, compte tenu de son harmonisation et de son style, peut servir la musique de chambre et participer aux séances de musique ancienne, résulte d’une conception originale que, dans le programme de l’inauguration, Jean Boyer analyse avec clarté : « l’orgue du CNSMD a été imaginé par Xavier Darasse. Son souhait était ambitieux : un instrument racé avant tout, pouvant néanmoins servir un vaste répertoire ».

Le choix s’est porté sur un modèle saxon du XVIIIe siècle ; orgue qui bénéficiait déjà à cette époque de l’apport de plusieurs courants esthétiques et dont l’une des caractéristiques dominantes était la variété des jeux de fonds, pouvant se mêler les uns aux autres.
On décida cependant de ne pas se limiter à la copie d’un instrument historique. La couleur du son devait être œuvre personnelle tout en s’appuyant sur l’option initiale, tout en respectant les dimensions de la salle qui devait abriter l’orgue. L’harmonisation particulièrement délicate exigeait un talent hors du commun.

Gerhard Grenzing, à qui ont été confiées la construction et la conception définitive de l’instrument, a relevé le défi, bien au-delà de l’objectif fixé, en réalisant un authentique chef-d’œuvre.

Doté de trois claviers et pédales et d’une traction mécanique sensible (suspendue), cet orgue dont la composition fut établie par Jean-Pierre Decavèle, le buffet dessiné par Walther Laible et la polychromie par Bernard Sibieude, dispose des 37 jeux suivants :

• grand-orgue (2e clavier, 56 notes) : bourdon 16, montre 8, bourdon à cheminée 8, prestant 4, flûte douce 4, doublette 2, quinte 2 2/3, tierce 1 3/2, cornet 3r., fourniture 5r., trompette 8

• positif (1er clavier, 56 notes) : bourdon 8, viole de gambe 8, viole 4, petit bourdon 4, doublette 2, larigot 1 1/3, sifflet 1, sesquialtera 2r., voix humaine 8

• récit (3e clavier, 56 notes) : flûte 8, cor de chamois 8, quintaton 8, flûte de cheminée 4, prestant 4, doublette 2, quarte 2, nasard 2 2/3, terzian 2 r. (tiercelette), cymbale 3 r., dulzian 8 (douçaine)

• pédale (30 notes) : soubasse 16, flûte 8, prestant 4, fourniture 3 r., bombarde 16, trompette 8

haut de page

Compléments

Le CNSMD Lyon aux Victoires de la musique classique !

La 28e Cérémonie des Victoires de la Musique Classique se déroulera, mercredi 24 février, à l’Auditorium de Lyon et sera retransmise en direct à partir de 21h sur France 3 et France Musique.

La violoniste Marina Chiche et Stéphane Bern présenteront ce concert télévisé unique en direct de l’Auditorium de Lyon, avec l’Orchestre national de Lyon dirigé par Nikolaj Szeps-Znaider en compagnie de quelques-uns des plus grands noms de la scène internationale actuelle : le ténor Michael Spyres et le baryton Ludovic Tézier, les chefs d’orchestre Glass Marcano, Leonardo García Alarcón avec la Cappella Mediterranea.

Parmi les invités, deux enseignants du CNSMD Lyon, Ghislain Leroy et Romain Leleu, qui revisitent depuis 2006 le duo trompette et orgue, formation emblématique illustrée notamment par Maurice André et Marie-Claire Alain.

La 28e édition des Victoires de la Musique Classique fera également la part belle à l’incroyable vitalité des jeunes musiciens : la Victoire d’honneur sera symboliquement remise à un·e  étudiant·e du Conservatoire national supérieur musique et danse de Lyon !

En hommage à Ivry Gitlis, un ensemble du CNSMD préparé par Marianne Piketty interprètera vers 21h40 le Liebesleid de Fritz Kreisler – arrangement de Luca Antignani – pour nos 8 interprètes stars de la soirée :

  • Violon 1 – Valentin Seignez-Bacquet
  • Violon 2 – Sarah Khavand
  • Violon 3 – Pierre Liscia-Beaurenaut
  • Violon 4 – Sophia Fournier
  • Alto 1 – Axelle Tahiri
  • Alto 2 – Ugo Vacchetta
  • Violoncelle – Yin-Yin Wu
  • Contrebasse – Noé Garin

Doc

Compléments

Ching-Lien Wu, première femme cheffe des Chœurs à l'Opéra de Paris

Elle est diplômée du CNSMD de Lyon en 1987 et reçoit le Premier prix de direction de chœur.

D’origine Taïwanaise, elle intègre le CNSMD de Lyon et en sort diplômée en 1987 avec le Premier prix de direction de chœur. Elle débute sa carrière en tant que Cheffe de chant à l’Opéra de Nantes en 1990 puis l’Opéra national du Rhin en 1991 où elle y restera 10 ans avant de rejoindre le Grand Théâtre de Genève en 2001 et le Dutch National Opera à Amsterdam en 2014. Le 4 février 2021, elle devient la première femme cheffe des Chœurs de l’Opéra de Paris.

Dès 1996, elle est invitée au CNSMD de Lyon pour des Masterclass au département Voix et Direction de chœurs.

Le chant au CNSMD de Lyon

Discipline complémentaire obligatoire en première année, le désir de faire chanter tous les étudiant·es musiciens·ciennes du Conservatoire est présent dès l’ouverture du CNSMD de Lyon. Chant lyrique, chant de « musique ancienne », polyphonique, baroque ou encore improvisé, le cursus d’interprétation vocale proposé par le CNSMD de Lyon permet de maitriser les répertoires les plus variés et prépare les étudiants·es aux métiers d’interprète, de chef·fes de chœur, à l’enseignement artistique, à la médiation et à la promotion de la musique dans la société actuelle.

Créée en 1979, la classe de direction de chœurs confiée à Bernard Tétu est la première et unique formation professionnelle régulière en France. Elle permet d’atteindre le même niveau de professionnalisation que celui des chef·fes d’orchestres et destine aux carrières de chef·fes de chœurs dans les opéras, maîtrises ou conservatoires.

Aujourd’hui, le département voix et direction de chœur du CNSMD de Lyon est dirigé par Anne Delafosse.

Doc

Compléments

Brayahan Cesin, trompette solo à l'Orchestre National d'Avignon

Diplômé du CNSMD de Lyon en 2019, Brayahan Cesin a décroché en janvier 2021 le poste de trompette solo à l'Orchestre National d'Avignon !

Né à Caracas au Venezuela, Brayahan rejoint l’orchestre révolutionnaire EL SISTEMA (Gustavo Dudamel) à 13ans. A 18 ans, il remporte la place de 2ème trompette, puis de trompette solo dans l’orchestre symphonique Simon Bolivar dirigé par Gustavo Dudamel. En 2013, il est invité en tant que trompette solo à l’Orchestre symphonique de Miami et est lauréat du Concours international de musique de chambre Maria Paola Alonso avec le quintette de cuivres Stunning Brass en 2014.

Il poursuit ses études musicales aux côtés du grand trompettiste Pacho Flores à l’Académie Latino-Américaine et se perfectionne auprès d’Eric Aubier pendant 1 an avant d’intégrer le Conservatoire national supérieur musique et danse de Lyon dans la classe de Christian Léger et David Guerrier. L’année de son diplôme en 2019, il remporte le concours au Swedish Radio Symphony Orchestra. Régulièrement invité en tant que trompettiste dans des orchestres français prestigieux, il rejoint en 2021 l’Orchestre National d’Avignon en tant que trompettiste solo.

Doc