etablissement_05
 

Lieux

Équipements et Ressources

Le CNSMD occupe un site historique remarquable du XVIIe siècle. Ce couvent des Dames de Sainte-Elizabeth, qui fut affecté après la Révolution à l’Ecole vétérinaire de Lyon, s’est vu ajouter certains compléments architecturaux modernes.

Le Conservatoire dispose de 110 salles d’enseignements et de salles publiques dont la salle Varèse, la salle d’ensemble et l’Amphithéâtre Darasse.

Accès aux personnes à mobilité réduite

Des travaux permettant l’accessibilité aux personnes à mobilité réduite sont en cours. La salle Varèse et la salle d’ensemble sont quant à elles aptes à recevoir, dès à présent, des personnes handicapées. Merci de prendre contact avec le CNSMD de Lyon pour prévoir au mieux votre accueil pour nos manifestations.

Salle Varèse

Auditorium de 280 places, cette salle tient son nom du célèbre compositeur Edgard Varèse.
Équipée d’une régie audiovisuelle, elle accueille l’ensemble des manifestations de la saison publique du Conservatoire.

Salle d’ensemble

Réservée pour l’accueil de petites formations (audition, récital, musique de chambre…), cette salle peut accueillir 50 spectateurs.
La salle bénéficie d’un équipement acoustique spécifique et d’une régie.

Amphithéâtre Darasse

L’Amphithéâtre Darasse était auparavant connu sous le nom d’Amphithéâtre Chabrol. Il doit son appellation au premier professeur d’orgue du CNSMD : Xavier Darasse. Il renferme le grand orgue Grenzig depuis 1993.

Sollicité pour l’enseignement et de nombreux concerts, cet orgue qui, compte tenu de son harmonisation et de son style, peut servir la musique de chambre et participer aux séances de musique ancienne, résulte d’une conception originale que, dans le programme de l’inauguration, Jean Boyer analyse avec clarté : « l’orgue du CNSMD a été imaginé par Xavier Darasse. Son souhait était ambitieux : un instrument racé avant tout, pouvant néanmoins servir un vaste répertoire ».

Le choix s’est porté sur un modèle saxon du XVIIIe siècle ; orgue qui bénéficiait déjà à cette époque de l’apport de plusieurs courants esthétiques et dont l’une des caractéristiques dominantes était la variété des jeux de fonds, pouvant se mêler les uns aux autres.

On décida cependant de ne pas se limiter à la copie d’un instrument historique. La couleur du son devait être œuvre personnelle tout en s’appuyant sur l’option initiale, tout en respectant les dimensions de la salle qui devait abriter l’orgue. L’harmonisation particulièrement délicate exigeait un talent hors du commun.

Gerhard Grenzig, à qui ont été confiées la construction et la conception définitive de l’instrument, a relevé le défi, bien au-delà de l’objectif fixé, en réalisant un authentique chef-d’œuvre.

Doté de trois claviers et pédales et d’une traction mécanique sensible (suspendue), cet orgue dont la composition fut établie par Jean-Pierre Decavèle, le buffet dessiné par Walther Laible et la polychromie par Bernard Sibieude, dispose des 37 jeux suivants :

  • grand-orgue (2e clavier, 56 notes) : bourdon 16, montre 8, bourdon à cheminée 8, prestant 4, flûte douce 4, doublette 2, quinte 2 2/3, tierce 1 3/2, cornet 3r., fourniture 5r., trompette 8.
  • positif (1er clavier, 56 notes) : bourdon 8, viole de gambe 8, viole 4, petit bourdon 4, doublette 2, larigot 1 1/3, sifflet 1, sesquialtera 2r., voix humaine 8.
  • récit (3e clavier, 56 notes) : flûte 8, cor de chamois 8, quintaton 8, flûte de cheminée 4, prestant 4, doublette 2, quarte 2, nasard 2 2/3, terzian 2 r. (tiercelette), cymbale 3 r., dulzian 8 (douçaine).
  • pédale (30 notes) : soubasse 16, flûte 8, prestant 4, fourniture 3 r., bombarde 16, trompette 8.

Autres équipements

Le département de composition et d’écriture dispose de 7 studios, d’un studio d’essai de 70m2 à acoustique variable attenant à une régie principale multi-pistes, ainsi qu’un studio régie de concert.
Le tout est organisé autour d’équipements informatiques interconnectés en réseau et équipés au standard audionumérique 5.1.
Le CNSMD dispose également d’un restaurant et d’une résidence sur le site.

Extérieurs

Ces différents bâtiments sont entourés de magnifiques jardins, terrains d’études de l’ancienne Ecole vétérinaire, qui recèlent quelques arbres remarquables dont un Tulipier de Virginie, un Mûrier et un Ginko Biloba.

Les sculptures Souffle de feuilles et Dessin de pierre résulte du 1% traditionnel qui accompagne toute construction nouvelle de l’État à un artiste. Giuseppe Penone s’est vu confier le travail.
Plutôt qu’une œuvre, il s’agit en fait de 2 réalisations qui se complètent : Souffle de feuilles, maintenu par 5 troncs élancés, calque des arbres parmi les arbres, bronze doré se patinant comme une écorce. Le Dessin de pierre communique avec l’extérieur par le biais d’une bouche de bronze et s’allonge en spirale à l’aide d’un tuyau en cuivre qui présente à son extrémité un moulage de l’intérieur de la bouche de Penone, complété par 2 grosses lèvres évoquant la forme d’un bulbe végétal. C’est cette bouche qui propage sur le mur un tourbillon noir de feuilles.

Aller plus loin

le CNSMD en images

haut de page