orch.musiqueancienne Orchestre musique ancienne © B. Adilon Saqueboute © B. Adilon
 

Département Musique Ancienne

Présentation

Créé en 1988 et pionnier en France d'un enseignement supérieur de la musique ancienne, ce département dispense un enseignement qui couvre toute la palette musicale du Moyen-Age à l'ère classique.

Cultivant l’exigence d’une interprétation « historiquement informée », il collabore avec les départements dits « modernes », et apporte sa singularité aux projets des classes d’improvisation, des départements de création musicale et de danse…
Fort d’une pédagogie de projet, les étudiants sont dirigés par des personnalités extérieures ou par les enseignants.
Ils se produisent au sein de l’établissement et dans le cadre de partenariats avec d’autres institutions (Centre de Musique Baroque de Versailles, Chapelle de la Trinité, Musées Gadagne, Opéra de Lyon, Haute École de Musique de Genève, Université de Graz, Conservatoire de Musique G.B. Martini de Bologne…).
Le département mène une activité de recherche : musique française, contrepoints improvisés de la Renaissance, groupes de continuo, lutherie, rhétorique musicale, liens avec les musiques orales, etc…

Cheffe de département : Anne Delafosse

Identité et spécificités

Pour un apprentissage instrumental de haut niveau.

Cours réguliers & pédagogie de projet

- des séminaires et master-classes
> pour entretenir la variété des apports pédagogiques,
> pour rencontrer des personnalités musicales extérieures à l’équipe du département,
> pour travailler sur un aspect stylistique particulier,
La participation est obligatoire pour les étudiants en DNSPM ou Master de Musique ancienne et s’organise selon un plan établi par l’équipe pédagogique.

- des projets (minimum deux par an) parmi :
> passion de Jean-Sébastien Bach ou oratorio
> œuvre lyrique mise en scène
> œuvre symphonique classique ou œuvre orchestrale baroque
> musique Renaissance
> musique médiévale
> musique pour la danse
> en relation avec les musiques de tradition orale

Pratique de la musique d’ensemble

La pratique collective est très importante au département, par famille d’instruments (consort de violes, de flûtes, de violons, ensemble de saqueboutes, de doulçianes, de chanteurs…) et par mélange (sonates, cantates en plus ou moins grand effectif, voire petit orchestre à un par partie…). Les auditions tant internes qu’externes sont l’occasion de jouer en public.

Disciplines complémentaires visant à la compréhension des langages musicaux

> Ars Musica (notation, solmisation, contrepoint, improvisation, écriture)
> Discours musical (rhétorique)
> Basse continue, ornementation
> Pratique vocale, musique pour la danse, etc.

Équipe pédagogique

1er cycle clavecin/basse continue : Jean-Marc Aymes, Yves Rechsteiner, Dirk Börner
2ème cycle clavecin : Jean-Marc Aymes
2ème cycle : basse continue/chef de chant : Yves Rechsteiner
2ème cycle : improvisation au clavecin : Dirk Börner

Luth et cordes pincées : Rolf Lislevand
Harpes anciennes : Angélique Mauillon

Viole de gambe : Marianne Muller
Violon baroque : Odile Edouard
Violoncelle baroque : Emmanuel Balssa

Cornet : Jean Tubéry
Trompette baroque : Jean-François Madeuf
Saqueboute : Daniel Lassalle

Flûte à bec : Pierre Hamon
Hautbois baroque : Patrick Beaugiraud
Basson baroque : Laurent Le Chenadec
Flûte traversière baroque : Amélie Michel

Chant musique ancienne : Robert Expert (chant baroque), Anne-Catherine Vinay (chef de chant au clavecin), Anne Delafosse (interprétation des répertoires médiévaux, formation à l’art polyphonique)

Ateliers thématiques : Barnabé Janin (polyphonie Renaissance), Jean Tubéry (ornementation XVIe et XVIIe siècle), Rolf Lislevand (improvisation), invité extérieur (formation au métier de chef de chant)

Parc instrumental du département de musique ancienne

Le département de musique ancienne a mené dès sa création une politique d’achat d’instruments dans les sphères stylistiques les plus variées, allant d’une recréation d’un orgue médiéval d’après un tableau de Van Eyck, à l’achat d’un pianoforte de Fritz, construit à Vienne en 1828.

Les clavecinistes ont a leur disposition des clavecins italiens construits par Emile Jobin (modèles XVIe, XVIIe et XVIIIe siècle), des clavecins d’esthétique française (David Ley, modèle Dumont, et Yoshida d’après un clavecin anonyme de 1679), allemande ou flamande (XVIIème et XVIIIème). D’autres instruments (Dowd, Chevallier) permettent d’avoir dans chaque salle ou studio de travail, un clavier à disposition.
Un clavicorde d’après Hass vient compléter cet ensemble, ainsi qu’un pianoforte historique de Christopher Clarke, d’après Lengerer, Vienne 1787.
Un organetto et plusieurs orgues dont un “organo di legno” de trois registres de B. Fleig servent à l’accompagnement.

Les violistes peuvent jouer un consort de 7 violes de P. Jacquier. Plusieurs autres instruments complètent l’instrumentarium, ainsi qu’un lirone et un violone.
Dans la famille des cordes, on compte les vièles médiévales, différents violons, altos et violoncelles baroques, avec une grande variété d’archets pour les différentes écoles de violon.
La famille des luths compte une grande variété d’instruments du XVe au XVIIe siècle, des théorbes, vihuela, guitares Renaissance et baroque, cistre ou pandore, harpe gothique et baroque.

Deux consort de flûtes à bec sont à la disposition des étudiants, ainsi que des flûtes médiévales ou des flûtes à bec basse Hotteterre, ainsi qu’un serpent.
Parmi les bois, les étudiants peuvent s’initier aux instruments du Moyen-Age (chalemies), du XVIIe siècle (doulcianes), et aux modèles baroques ou classiques à 430Hz.

haut de page