Addictions, chapitre 1 : My head is a jukebox Florent Duverger
 

Artist Diploma

Florent Duverger – percussions
Artist Diploma 2016-2018

Elle est danseuse. Lui est musicien. Attendez, à moins que ça ne soit l’inverse. Ou les deux. Ou aucun des deux d’ailleurs. Bref, je ne sais plus. Est-ce que cela compte vraiment ? Je sais que j’avais quelque chose d’important à vous dire mais mon esprit s’en est détourné, il est allé ailleurs.

Pourquoi souffrir quand on peut choisir la lâcheté ? Mais je m’en fous, là n’est pas le sujet. J’étais venu vous parler d’un voyage à la fois fascinant et effrayant, pour révéler au grand jour la part d’ombre qui se cache en chacun de nous. Une plongée dans nos petits travers, nos petites assuétudes qui sont devenus une prison de choix dans laquelle se lover. On pourrait passer des heures, des jours, des mois, des années, voire même des vies à en caresser les barreaux, sans aucune notion de temps, tant la sensation est agréable ; tout le reste paraissant alors terriblement dérisoire.

J’imagine que dans cette vie, on est tous condamnés à jouer le même jeu en faisant comme si cela avait de l’importance. Ça n’en a aucune, mais qu’importe…
Mesdames et messieurs, veuillez prendre place et assistez au spectacle touchant de deux êtres prisonniers de leur corps, se débattant au milieu de toutes leurs addictions pour tenter d’exister, même si ce n’est que l’espace d’un instant. [Texte de Fleur, librement inspiré de “L’œil du lézard” de Richard Hell].

La création de « Addictions – Chapitre 1 : My Head Is A Jukebox » est prévue le mercredi 16 mai 2018, à 20h au Théâtre de La Renaissance, dans le cadre du Festival « Les Fabricants : Rêves ».

Addictions – Chapitre 1 : My Head Is A Jukebox

Co-production entre le CNSMD de Lyon et le Théâtre de La Renaissance d’Oullins.
Spectacle écrit et conçu par Florent Duverger (Fleur)
Composition musicale : Quingquing Teng
Scénographie : Clémentine Laïa
Chorégraphie : Vera Gorbatcheva
Vidéos : Clémentine Laïa et Florent Duverger
Textes : Florent Duverger
Costumes, maquillages et coiffures : élèves de l’ENSATT
Création Lumières : Franck Dusseux
Accompagnement pédagogique et artistique : Jean Geoffroy

Le projet est né de la rencontre de Florent Duverger, percussionniste, avec la danseuse et chorégraphe Véra Gorbacheva lors de leur cursus au CNSMD de Lyon. Plus que l’envie de travailler, et ensemble et d’allier leurs deux arts, ils se sont découvert une passion commune pour la littérature et plus particulièrement le courant post-moderniste américain avec des auteurs tels que Hubert Selby Jr, William Burroughs, Irvine Welsh ou encore Chuck Palahniuk.
Les thèmes récurrents des addictions, dans leurs univers noirs et cyniques mais non dénués de poésie, ont résonné en eux. Ils ont donc créé ensemble un premier spectacle intitulé « Addictions » qui s’intéressait à la relation ambigüe entre deux personnages (une danseuse et un musicien), dont on ignorait s’ils étaient amants, amis, ennemis ou tout simplement une seule et même personne dont les deux personnalités s’affronteraient.
Il s’agissait d’un travail d’étudiant qui se résumait à un enchainement de tableaux consacrés chacun à une addiction (argent, drogue, sexe, dépendance affective…) et toutes les musiques utilisées étaient des musiques pré-existantes. Désirant continuer cette aventure qui met en scène le combat intérieur, cette part d’ombre honteuse que l’on ne montre à quiconque, Florent Duverger eut l’idée de  reprendre la substantifique moelle du spectacle et d’en faire quelque chose d’encore plus ambitieux.
Lieu «vivant» et évolutif, le décor est un élément à part entière qui va petit à petit emprisonner les personnages, notamment par l’apparition de nombreux fils qui vont se tisser entre les différents éléments de la scénographie et les interprètes. Ceci servira aussi à illustrer la dépendance commune aux deux artistes : ce besoin vital de jouer sur scène, de s’exprimer, de transmettre des émotions et au final d’exister, même si ce n’est que l’espace d’un instant. La thématique principale du spectacle s’articule donc autour d’une histoire d’attraction/répulsion entre les deux personnalités au sein du personnage, et qui vont finir par apprendre à cohabiter. Le récit d’une histoire d’amour avec lui-même en quelque sorte.

Some flowers only come out at night

Florent Duverger est le coordinateur et le directeur artistique sous le pseudonyme de FLEUR, de cette compagnie en cours de création.
C’est un espace qui se veut de liberté et d’expression, et de collaboration avec des artistes de tous horizons (danse, musique, théâtre, vidéo, cirque…) pour les mettre au service d’un fond, d’une idée, d’une histoire.

L’ÉQUIPE ARTISTIQUE

Lucie Delmas, danse contemporaine, percussions
Née en 1987, Lucie Delmas débute son apprentissage artistique au Conservatoire à Rayonnement Régional de Cergy-Pontoise. Elle obtient un Diplôme d’Etudes chorégraphiques, un Diplôme d’Etudes Musicales, un prix de Musique de Chambre, puis un Diplôme d’État de professeur de danse contemporaine aux Rencontres Internationales de la Danse Contemporaine (RIDC) à Paris en 2010.
Elle entre au Conservatoire National Supérieur Musique et Danse (CNSMD) de Lyon, dans la classe de percussions de Jean Geoffroy en 2011. Passionnée par le mélange des Arts vivants, elle créée ou rejoint plusieurs formations : duo percussions/danse avec Nicolas Del-Rox, trio de percussions « Delmas », duo de marimba avec Florent Duverger (prix Ludwig Albert en 2013 au Concours international de marimba de Belgique), ainsi que le spectacle Replay pour jeune public, le groupe Alkymia XIV, l’ensemble baroque L’Archivolte ou encore la compagnie ON/OFF destinée aux personnes non-entendantes. Depuis 2015, la Compagnie ARCOSM l’emploie également comme intervenante pédagogique afin de transmettre les caractéristiques chorégraphiques et musicales de ses créations.

Florent Duverger, percussions, concepteur, metteur en scène et vidéaste
Après obtention de son Diplôme d’Etudes Musicales et de son Prix de perfectionnement au Conservatoire d’Angers, Florent Duverger entre au Conservatoire National Supérieur Musique et danse de Lyon dans la classe de Jean Geoffroy. Il y fait la rencontre de Lucie Delmas et ensemble ils créent le duo de percussions EntreChocs. Dans le cadre de son cursus de Master, il s’intéresse à la relation entre musique et images et réalise son premier court-métrage Corps Etrangers. Il sera joué deux fois le 4 mai 2017 au Théâtre de La Renaissance à Oullins accompagné de ses deux versions musicales pour percussion solo qu’il interprètera lui-même. Il s’agira de la première réalisation de la compagnie « Some flowers only come out at night », qu’il vient de créer et qui est consacrée à des pièces mêlant danse, musique, théâtre et vidéo.
En 2015, il crée avec la danseuse Loulou Carre, le spectacle Addictions, et voulant pousser plus loin la cohésion entre les différents arts, fonde le collectif pluri-disciplinaire INcendio avec la danseuse Chandra Grangean. Ils ont deux créations à leur actif À Jimmy et Vous êtes un désordre. Florent Duverger est actuellement soliste pour l’ensemble « Les percussions de Strasbourg ».

Vera Gorbatcheva, chorégraphie
Née à Moscou en 1994, elle se tourne vers la danse au sein de l’école de Nikolay Ogrizkov. Elle participe à différents événements tels que l’International Delphic Games, au tournage du film Square meter, IFMC, World Holocaust Forum. Elle entre par la suite au CNSMD de Lyon où elle découvre la culture française, rencontre des nombreux danseurs, chorégraphes, musiciens, scénographes qui l’amènent vers les nouvelles sources d’inspiration et qui partagent le désir de découvrir, d’avancer et de créer.
Avec Tom Grand Mourcel, ils montent le Collectif Dikie Istorii Company, dans le cadre duquel ils ont créé plusieurs pièces dont Ascension Electrique, Georges… Après ces études au Conservatoire, Vera Gorbatcheva commence à travailler avec Françoise Maimone dans le spectacle Faustus 25 et Hervé Robbe pour la création A New Landscape. Elle danse également pour Alexandre Roccoli dans la création Weaver/Quintet et pour Mitia Fedotenko dans le projet Génération Pommée.

Qingauing Teng, composition mixte et électroacoustique
Après avoir obtenu une licence en art d’enregistrement au Conservatoire de Wuhan en Chine, Teng Qingqing continue d’étudier la composition électroacoustique en France au Conservatoire de Chalon-sur-Saône. Depuis 2014, elle étudie au CNSMD de Lyon, dans la classe de composition électroacoustique de François Roux.

Clémentine Laïa, scénographie/vidéo
Née en 1994, Clémentine Laïa est diplômée en 2015 de l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Lyon. La même année, elle co-réalise son premier court-métrage L’Esilio qui sera sélectionné dans la section “Short Film Corner” du Festival de Cannes 2016. Soucieuse de la perméabilité entre les arts, elle investit – en parallèle de la réalisation de films – divers champs dont ceux de l’installation, de la scénographie, de la composition, et collabore régulièrement avec danseurs et musiciens. Elle signe notamment Mum is down (spectacle dansé) et participe en 2016 aux expositions collectives “Plongeons” à la Fondation François Schneider et “Écho du lieu 2” au CEAAC de Strasbourg. Actuellement, elle travaille pour les ateliers Percustra des Percussions de Strasbourg et avec le compositeur Fabian Gonzalez-Ramirez pour la création du spectacle Nobody Walks. Un projet de long-métrage au Mexique est aussi en prévision pour l’année 2018.

haut de page