scolarite_01 scolarite_06
 

Musique

Département de Formation
à l’Enseignement Musique

Au CNSMD de Lyon, la formation à l’enseignement en musique est ouverte aux disciplines suivantes : violon, alto, violoncelle, contrebasse, flûte, hautbois, clarinette, basson, saxophone, cor, trompette, trombone, tuba, piano, percussion, harpe, orgue, accordéon, guitare, musique ancienne, chant, direction de chœurs, accompagnement piano, écriture, culture musicale, jazz, composition musique électro-acoustique.

Modes d’apprentissage

La formation s’est peu à peu construite autour d’une articulation entre quatre modes d’apprentissages :

  • les enseignements fondamentaux qui peuvent être conduits de façon relativement traditionnelle (en Sciences de l’Éducation et en Culture Musicale) ou sous forme d’itinéraires de découvertes. Ils peuvent être complétés par des témoignages d’invités, artistes, enseignants, chercheurs ou professionnels gravitant autour de l’enseignement spécialisé de la musique.
  • les ateliers qui permettent d’enrichir la boîte à outils de l’enseignant ou d’apprendre à côtoyer des pratiques différentes de la sienne, et ce faisant, de construire de nouvelles perspectives d’apprentissage.
    Ce sont des ateliers d’écriture (arrangement, orchestration, découverte des logiciels d’édition ou de composition, etc.) et d’improvisation, ou bien encore, proposés comme une didactique de la musique contemporaine.
    Ce sont aussi des ateliers/découverte avec des professeurs ou des artistes invités permettant de construire des points de repères dans des domaines esthétiques multiples : musique ancienne, jazz, musiques actuelles amplifiées, musiques traditionnelles.
  • des séminaires au sein desquels la recherche nourrit l’imaginaire et l’invention pédagogique. La formation propose trois types de séminaires :

    - de nature didactique
    - fondés sur une analyse des théories et des pratiques de la musique
    - orientés vers la dimension plus politique ou sociale de l’éducation artistique et culturelle (EAC).
    A l’occasion de ces séminaires, des invités viennent témoigner ou participer aux dispositifs de formation en fonction des thématiques choisies.

  • des stages permettant d’être en contact avec le terrain éducatif réel dans toute sa diversité et son authenticité. Ce sont aussi des temps de formation : les partenariats avec les institutions d’accueil font l’objet d’une convention pédagogique.

Projet pédagogique

L’offre pédagogique de formation est inscrite dans le processus LMD. Elle est structurée en Unités d’Enseignement (UE donnant lieu à l’obtention de points de crédits, ECTS).
Il s’agit, dans l’ensemble, d’accorder une importance première aux dispositifs mis en œuvre dans la formation, aux travaux que les étudiants ont à réaliser, à leurs vertus formatrices fondées sur l’interdisciplinarité.

La formation est, dans son esprit, l’occasion de vivre déjà des situations où les questions posées ont une épaisseur, un degré de complexité, une multiplicité de réponses… comme dans la vie professionnelle. Il s’agit alors de s’emparer de ces nœuds ou réseaux de questions et de les rendre constitutifs d’un travail de recherche.

Dans le même ordre d’idée, les compétences liées au métier de l’enseignant étant souvent intriquées de manière irréductible dans chacune de ses tâches, il conviendra de proposer une grande diversité de situations permettant de multiplier les occasions de tester ces assemblages de savoir-agir. Deux principes guident la formation du CNSMD Lyon :

La formation par la recherche

Une recherche tournée vers une épistémologie scolaire
Il faut que l’étudiant sache se situer face à l’enseignement d’une discipline (être épistémologue), qu’il interroge les habitudes, les routines, l’histoire de sa discipline afin de choisir consciemment ce qu’il va proposer lui-même comme enseignement.
Il s’agit aussi de nourrir sa propre invention didactique en trouvant un bon équilibre entre un patrimoine de savoirs ou de savoir-faire qu’il aura éprouvés, et des intentions qui renouvellent les pratiques musiciennes et celles de l’enseignement.
Il convient de préciser ici que savoirs et savoir-faire sont difficiles à délier dans l’acte artistique et que cela colore évidemment la dimension de la recherche.

Une recherche fondée sur des travaux d’enquête et une démarche de recherche-action
Il s’agit aussi de pouvoir être un artiste, un praticien provoquant la découverte de l’art, dans un monde multiple (urbain et rural, déjà constitué ou à construire, etc.) et donc de comprendre ce qui permet de conduire des actions éducatives, à destination de publics divers.

Le mémoire
Rédigé en fin de formation, le mémoire prolonge la spécificité et la diversité des travaux de recherche et les conceptions qui y sont proposées ont une forme de plasticité, un potentiel d’implication.

Le travail en groupe

Faire de l’hétérogénéité une richesse, d’une certaine façon la rendre incontournable
Il s’agit de faire de la rencontre et au-delà, du débat professionnel, des données constitutives de la formation. À l’occasion de travaux d’observation dans des écoles de musique ou de séminaires animés par les étudiants eux-mêmes, par exemple, le travail en groupe est la règle incontournable. Simplement parce que la rencontre avec l’altérité provoque la conscience de ses propres manières de penser, de parler et de se comporter (les habitus disait Bourdieu) et donne l’occasion de les interroger.

Au-delà de l’entrechoc des points de vue que provoquent les travaux de groupe, le fait d’offrir aux étudiants l’occasion de construire des débats sur les axes de leur recherche introduit une autre facette de la dimension heuristique. Les étudiants doivent pouvoir assumer, étayer des points de vue, en débattre.

C’est ainsi que les protocoles proposés dans les séminaires conduisent à :

  • être capable, sur un sujet donné, de rappeler les conceptions antérieures et montrer comment des tours de main répondent ou ont pu répondre à des questions particulières,
  • pouvoir expliciter comment a été conduite une expérimentation sur des problèmes d’apprentissage avec des élèves,
  • être capable de revenir sur une question qui avait été posée initialement, et après la conduite d’une expérimentation, en déduire de nouvelles conséquences possibles,
  • maîtriser le degré de pertinence de nouvelles propositions et en apercevoir les limites…

Le pari, au final, est que la combinaison de ces trois axes – rencontres, recherche, implication – donne à l’étudiant formé toute la souplesse nécessaire pour pouvoir participer pleinement à la diversité des projets d’établissement.

Équipe pédagogique

Chef de Département : Eric Demange

Sciences humaines et sciences de l’éducation : Karine Hahn, Valérie Louis
Culture musicale : Charlotte Ginot-Slacik

Atelier d’écriture : personnalités invitées
Atelier autour de la musique contemporaine (didactique de la musique contemporaine) : Dominique Clément
Ateliers découvertes (jazz, musique ancienne, musiques traditionnelles, musiques actuelles) : professeurs invités

Didactique des disciplines et épistémologie de la musique : Eric Demange, Karine Hahn, Valérie Louis

Tutorats des mémoires : Eric Demange, Karine Hahn, Charlotte Ginot-Slacik, Valérie Louis et des intervenants extérieurs au corps enseignant de la formation, selon thématiques.

Tutorats, stages pédagogiques dans la discipline : professeurs des CRR, CRD, CRC ou CRI partenaires.

Tutorats, stages de musique d’ensemble : Yannick Callier (CRR de Lyon), Philippe Grammatico (CRD de Villeurbanne), Didier Puntos (CRD Villeurbanne), Hugues Soualhat  (CRR de Lyon), Serge Saïtta (CRD de Villeurbanne), Frédérique Thouvenot (CRD de Villeurbanne).

Séminaires : personnalités es qualités, invitées selon les thématiques choisies.

haut de page

Compléments

Retrouvez

Les "indispensables" de l'étudiant ci-dessous, en téléchargement :