Johann-PHILIPPE

Saison en cours | saison 2020 - 2021

[Accès restreint] Récital de master de Johann Philippe, composition électroacoustique, mixte, instrumentale et vocale contemporaine

Épreuves publiques de fin de cycles

Jeudi 20 mai
11:00 - Salle Varèse
3, quai Chauveau
Lyon 9e
04 72 19 26 61
SANS PUBLIC

INFO COVID

Afin de garantir la bonne tenue des examens et le respect des règles sanitaires pour la santé de tous dans des salles à la jauge réduite, seuls les proches des étudiant·es passant leur examen (famille, ami·es extérieurs au CNSMD Lyon) et les enseignant·es et étudiant·es du CNSMD Lyon sont autorisés à y assister.

 

Johann PHILIPPE
Baiser Royal (2021)
Sons fixés, 4 pistes

Feu ! (2021)
Synthétiseur modulaire et live-coding

Ultime orgie (2020)
Sons fixés et vidéo, 2 pistes

Scénographie : Lou Duchemin-Lenquette
Live-coding : Jacopo Greco d’Alceo
Synthétiseur modulaire : Johann Philippe
Diffusion du son : Diane Daher et Johann Philippe

Johann Philippe. Compositeur de musique électroacoustique et sonophile, j’attache une grande importance à l’expression des saveurs poétiques singulières liées à chaque création sonore. Dans chaque projet, je tire parti de situations : situations d’écoutes, de réception, situations humaines, situations sociales et politiques (…). Je compose des musiques pour sons fixés, mais aussi des performances musicales, des installations multimédia, ainsi que des oeuvres audiovisuelles. Impliqué depuis 2020 dans la formation de performance électroacoustique HYDRA SUPERCLUSTER, je propose des concerts immersifs associant synthèse modulaire et live coding à d’autres formes d’expression.  Mes recherches en informatique musicale m’ont amené à créer plusieurs outils de composition, dont le logiciel DTrackerlogiciel d’écriture de musique électrocoustique inspiré de la philosophie des soundtrackerset le logiciel Nocturnaldestiné à l’interprétation et au suivi tridimensionnel des partitions de musiques électroacoustiques. Ces outils sont à l’oeuvre dans mes compositions, et contribuent tant à la netteté de l’écriture qu’à la densité du contenu.

Jacopo Greco d’Alceo. La création est un compromis entre réalité et abstraction.    Dans mes pièces, je cherche de moins en moins de distance entre les deux. La maîtrise de la composition consiste à réduire cet écart entre corps et œuvre. Le compositeur devient les pièces. Il se les approprie, il est partie d’elles. Elles sont le prolongement de ce corps qu’on ne contrôle pas complètement, qui change, souffre, pourrit et vieillit. Un corps qui vit en relation à un espace et un contexte. Les pièces réagissent : elles ne peuvent plus toutes avoir un support égal. L’expression prétend la permutation de formes artistiques, en privilégiant danse et musique, mais elle regarde aussi ailleurs. Surtout, elle passe à travers cette expérience rendue cohérente par la même chair. On aperçoit les fils derrière tout le travail, exactement comme on discerne la silhouette d’un danseur ou d’une danseuse du fond. Ce qui, au début, pouvait sembler des chemins différents, se retrouve comme une seule ligne droite, sinueuse et claire. Elle, peut-être déclinaisons différentes d’une longue pièce, n’a aucun intérêt à rester attachée à un genre ou à une forme fixe, mais tend à creuser et creuser profondément pour cerner un bout de vérité et d’expression personnelle.

Lou Duchemin Lenquette. Artiste plasticienne et scénographe de formation, j’étudie les relations entre la pratique des arts sonores et l’espace scénique et/ou d’exposition. J’engage ma démarche artistique et scénographique avec une approche pluridisciplinaire, alimentée par des projets collaboratifs avec des musiciens, compositeurs… Je cherche à développer la capacité scénographique de créations musicales et sonores en expérimentant les contextes de diffusion ou la place de l’auditeur. Ces différentes situations définissent un espace et un temps pour l’écoute.