SAISON_substitution_360x214

Saison passées | saison 2016 - 2017

Les doctorants de musique « Recherche et pratique »

Conférence/recherche/colloque

Jeudi 17 novembre
11:00 - Salle d'Ensemble
3, quai Chauveau
Lyon 9e
04 72 19 26 61
Gratuit

 

Séminaire de recherche : exposés de travaux

Daniel Barenboïm, une trajectoire musicale au risque de l’action internationale

Ce travail vise à analyser le parcours et la démarche de Daniel Barenboïm, pianiste et chef d’orchestre de renommée internationale. Né en Argentine en 1942, cet enfant prodige du piano s’installa en Israël à l’âge de dix ans avec ses parents, juifs d’origine russe. Il acquit au début des années 2000 les nationalités espagnole et palestinienne. Daniel Barenboïm présente une trajectoire singulière qui le distingue de la plupart des artistes de stature similaire. Sa rencontre en 1993 avec le défunt penseur palestinien Edward Saïd, avec qui il lia une profonde amitié, constitua un événement déterminant pour son parcours. Ils créèrent ensemble en 1999 le West-Eastern Divan Orchestra (« WEDO »). Cet orchestre symphonique, dont la devise officielle est « Égaux en musique », rassemble des musiciens venant des territoires palestiniens, d’Israël et des États arabes voisins, et vise à promouvoir le dialogue entre des populations présentées comme indubitablement ennemies. Ce projet représente un tournant dans la trajectoire de Barenboim qui devient alors que que l’on peut appeler un artiste engagé, s’exprimant régulièrement sur le conflit israélo- palestinien.
Marie Ploquin, Master (Sciences-Po) et flûte à bec (CNSMD)

Le concept d’homogénéité appliqué à la composition musicale : un outil pour expliciter ou créer du matériau musical

Au XXe siècle, l’exploration du timbre et les développements technologiques ont conduit à une forte croissance des paramètres du matériau musical. Percevoir, contrôler et manipuler ces nouveaux paramètres, est un défi que tentent de relever de nombreux compositeurs contemporains. Dans cette perspective, le concept d’homogénéité, appliqué au matériau musical, s’avère être un outil assez efficace. Par le large champ qu’il recouvre, l’homogénéité permet de mettre en évidence des espaces musicaux ou de caractériser des structures temporelles.
Bertrand Plé, doctorant en composition (CNSMD/UJM Saint-Etienne)

Les concertos pour luth de l’école viennoise. Répertoire et Compétences

Dans la scène actuelle de la pratique musicale historique, ou Historically Informed Performance, le luth occupe une place assez particulière. Reconnu comme un instrument porteur d’un large répertoire solo, l’emploi du luth dans le cadre de la musique de chambre ou d’ensemble, reste limité, dans la majorité des cas, à la fonction de basse continue.
La littérature des concertos originellement pour luth demeure assez restrictive comparée à celle d’autres instruments. La grande majorité des concertos connus des XVIIe et XVIIIe siècles appartiennent à l’école viennoise sauf quelques exemples d’origine italienne. Pourtant, selon des documents de l’époque, il existe des preuves que de tels concertos de ce genre en aient pu exister en France et aux Pays-Bas.
Pénélope Maravalhas, doctorante en luth (CNSMD/UJM Saint-Etienne)

Dans le cadre des séminaires de recherche
Alain Poirier, coordination